Prospective 2022 autour de la course à pied ou l’intérieur de ma boule de cristal

Prospective 2022 autour de la course à pied ou l'intérieur de ma boule de cristal 1

Au programme : J’ai sorti ma boule de cristal pour vous parler de 2022

En séjour chez mes parents, j’ai retrouvé au fond d’une vieille malle une boule de cristal.. Quoi de plus tentant qu’une petite expérience de divination en ce début d’année : des idées farfelues, des vérités, des conneries tout ça en 3 parties ! 

Chaussures et vêtements de 2022

On a déjà vu au The Running Event que le maxi mou était à la mode avec une plaque (carbone, composite, TPU peu importe) tant qu’à faire. 2022 sera aussi l’arrivée des super-shoes pour courte distance (comprendre spécialement conçu pour le 5/10 kilomètres ) avec moins de hauteur de semelle : « seulement » 30/32mm au talon. On connaît déjà la Steakfly de Nike, la SC Pacer de New Balance, mais Brooks semble aussi avoir la sienne dans les cartons.

De façon plus globale, on verra aussi plus d’équipements écoconçus avec toujours une grosse part de marketing pour certains qui ne feront qu’ajouter une touche de matière recyclée ou que sortir des concepts shoes (en petite série). D’autres iront plus loin en pensant up-cycling (réutilisation de tissu d’autres produits, voile de bateau par exemple pour faire un nouveau produit), en offrant des services de réparation ou en revoyant totalement leur façon de produire et vendre (fabrication on demand? Circulaire ? ) ou encore en faisant des produits qui durent plus longtemps ! (Le comble quand le but est de vendre). PS : je suis allé voir un peu plus loin et en 2027, on n’achèterais plus de chaussure mais un service qui comprendre des chaussures mais chut !

Enfin dans la même thématique des indicateurs pour juger de la qualité durable apparaîtrons pour informer le consommateur, souvent simplistes (une note sur 5 par exemple) au début, ils finiront par être de plus en plus plus chiffrés, standardisés entre les marques et complet pour intégrer l’impact environnementale : CO2, mais aussi consommation d’eau, eutrophisation, mais aussi l’impact sociale : salaire , qualité de vie au travail..

La pandémie risque de mettre à mal 2 choses : les stocks et les délais. On risque d’avoir des lancements avec peu de stocks et un décalage de la plupart de ceux-ci

Les montres de 2022

Prospective 2022 autour de la course à pied ou l'intérieur de ma boule de cristal 2
Garmin Fenix 7 (image : winfuture.de)

En 2022, il y aura la tant attendu : Garmin Fenix 7 on en est sur, les demande d’identité FCC (Commission fédérale des communications) ont trahi la marque. Je dénombre au moins 3 versions. Je mise sur une présentation au CES de Las Vegas et une commercialisation 2 mois plus tard !  Elle affichera une autonomie de 14 jours en mode GPS : idéal pour se perdre au bois de Vincennes lors de votre sortie dominicale de 10km ! C’est la montre qu’il vous faudra pour frimer pour la modique somme de 999€ ! 

Suunto continuera dans sa vision outdoor/aventure en incluant fortement les applications tiers comme par exemple Nolio (OK on le sait déjà), mais sûrement d’autres : je pense à TrainingPeak qui est déjà dans les SuuntoPlus ! Les demandes à FCC ont trahi aussi la marque avec la sortie à venir d’une nouvelle montre : dépôt d’un dossier en juillet 2021, ce qui indique une révélation à venir (la confidentialité est gardée 6 mois). Et après 6 ans d’attente, la programmation d’entraînement arrivera ! 

Coros occupera de plus en plus la scène en bossant son software à fond ! Je ne mise pas sur une nouvelle montre cette année ! Et Polar fera du Polar en essayant de rattraper la concurrence

On notera 71 mises à jours toutes marques confondues et le nerf de la guerre 2022 (pour le segment trail notamment) sera.. La navigation pour le outdoor et la traduction en un langage simple pour l’entrainement des datas pour les routards ! On verra de nouvelles fonctionnalités autour de ces 2 thématiques.

La pandémie risque de mettre à mal 2 choses : les stocks et les délais. On risque d’avoir des lancements avec peu de stocks et un décalage de la plupart de ceux-ci. Quoi ?! Je me répète ? Oui, mais c’est la merde en Asie dans tous les domaines ! 

Les courses de 2022

La grosse incertitude de 2022 sera toujours la pandémie. Certaines courses ne résisteront pas à cette troisième année et disparaîtront certainement complètement du calendrier, d’autres survivront, mais cette pandémie aura l’avantage de voir apparaître de nouveaux formats qui ne seront pas forcément tournés vers la compétition, mais plutôt vers la découverte.

  • Je vois bien apparaître des formats de partage entre athlètes et quelques membres de la communauté trail sélectionnés autour d’une région, un terroir, un projet. Ce serait une façon exclusive pour une marque d’offrir une expérience unique à ses « fidéles ». Cela serait l’occasion de faire découvrir une région différente des classiques Alpes ou un nouveau produit en créant un lien fort avec la communauté.
  • Un format très ultra sans assistance à l’image de ce qui peut exister en vélo avec les organisations de Chilkoot ou les GravelMan Série fera son apparition. Pas de classement, juste de la découverte d’une région, au rythme que l’on veut, avec qui on veut
  • Le développement du trail comme un voyage, accompagné par un « elite ». Ce format existe aux USA (Hut the Run), mais ne se développe que très peu en Europe : une trace, un petit groupe et beaucoup de fun !

Les courses se voudront aussi de plus écoresponsables (certains ont déjà sauté franchement le pas en 2021, je pense notamment au Grand Trail de Serre Ponçon ou au marathon du Mont Blanc). Fini le coca à 2500m (quelle connerie en même temps) , eau plate ou gazéifiée localement, plus de t-shirts finisher inclus ou de médaille, mais des produits locaux ou une possibilité de les commander à l’avance.  

Pour finir, la course de l’année à suivre sera définitivement la HardRock100 : la revanche de Courtney Dauwalter et la balade amicale de François D’Haene et Kilian Jornet avec John Kelly, Jeff Browning et Aurélien Dunand-Pallaz pour danser le jerk, faire figuration, filmer le premier kilomètre, essayer d’arbitrer tout ça !  Sur route, le record du monde sur 5km sera battu 2 fois, celui du 10km 1 fois, celui du semi

Le virtuel en 2022

On parle de plus en plus de ce métavers. En 2020, j’avais imaginé y faire les athlètes pour Zegama en plein début de pandémie de COVID-19. La version Run de Zwift est toujours en bêta 2 ans plus tard et la plateforme ne reste qu’un outil d’entraînement. Difficile d’y voir encore des compétitions de course à pied même en 2022. 

On verra par contre apparaître sûrement dans ce monde les marques qui trouveront un nouveau de communiquer avec les consommateurs (virtualisation de magasins, de conseillers de vente..) Mais on pourrait peut-être y voir aussi apparaître des clubs. Les structures actuelles n’intéressent plus la majorité des coureurs. La rencontre avec un coach serait alors totalement virtuelle et les face-to-face uniquement pour les compétitions. Je vous laisse lire cet entretien de Alain Loret qui évoque très bien le sujet

La Conclusion sera écrite le 31 décembre

Voilà ça fera 150€, rendez-vous dans 362 jours ! La vraie question de 2022, c’est qu’après prévu Kilian Jornet ? 
Et sinon Bonne Année ! 

Prospective 2022 autour de la course à pied ou l'intérieur de ma boule de cristal 4

 

 

2 comments

  1. Article super intéressant!

    – Sur les « super chaussures molles à plaque », Adidas a déjà sorti la Takumi Sen 8, qui colle parfaitement à la description :p

    – Concernant Suunto, ce que tu dis est marrant: « ils vont continuer à se concentrer sur l’outdoor » mais en même temps, « intégrer Nolio et Training Peaks », qui sont un peu à l’opposée du spectre 😀
    En soit, je trouve ça bien, et si on regarde un peu la SuuntoApp, TP est déjà fortement intégré: toutes les métriques de mesure de charge d’entrainement, fatigue, récup présentées dans le widget de la SuuntoApp sont directement tirées des algos de TP (et truc sympa, ça marche peu importe l’origine de l’activité: je pousse mon activité zwift dans la SuuntoApp -> le statu d’entrainement est mis à jour. Ce n’était pas le cas chez Garmin par exemple, ça ne l’est pas chez Polar….).

    Toujours sur Suunto (oui, ça m’intéresse un peu plus :p ), la programmation de séances complexes qui arrivent enfin est une bonne nouvelle pour l’image. Dans les faits, je pense que pas mal de monde y accorde bien trop d’importance ne pensant que c’est indispensable pour bien s’entrainer. C’est un avis perso, mais je pense pouvoir en parler en connaissance de cause vu ma pratique, et le fait d’avoir aussi eu une F6 pendant un an…

    Par contre je l’aurai vu arriver via TP (vu l’intégration déjà existante), pas par Nolio (qui ne propose ça qu’en version payante pour le moment….). Hâte de voir à quoi ça va ressembler.

    La navigation sans fond de carte est déjà pas mal utile, à voir ce qu’ils proposeront sur un prochain HdG (je ne dirai pas non à la navigation façon S7 avec l’autonomie de la S9 :p )
    J’espère qu’ils conserveront cette dualité outdoor/data d’entrainement qui propose actuellement un bon compromis. Polar pousse ce deuxième aspect plus loin avec les notions de récup plus poussées, en restant compréhensibles.

    Pour les courses, je suis même étonné que certaines évolutions que tu évoques n’aient pas déjà été mises en place. Les pseudo-course/sorties avec un ou deux élites et un petit groupe d’amateur pour promouvoir la marque, un produit, ferait clairement une pub excellente…et une très bonne expérience pour les amateurs.
    Pour le reste…faut espérer qu’ils ne s’inspirent pas non plus trop des longs trips organisés à vélo comme ceux que tu évoques, car si c’est très très (très!) sympa, les tarifs pour ne proposer grosso modo qu’une trace et une balise GPS de suivi sont un peu exagérés (aller, tu as un ou deux goodies…et une bonne ambiance. C’est combien en €, une bonne ambiance?)

    1. Merci pour ce retour Jeremy
      – Oui effectivement adidas a un peu devancé Nike sur ce coup là avec sa sortie le 01/12
      – Pour parler de Suunto :
      – Outdoor et planificateur ne me semblent pas antinomiques : l’aventure ça se prépare de plus en plus 😉
      – Les entrainements complexes ( j’ai dit que j’avais dit des conneries aussi) c’est effectivement surfait à mon avis aussi. Mais c’est un « besoin » consommateur alors bon..
      J’espère que 2022 offrira de belles choses mais c’est sur que outdoor et data seront les 2 branches à bien maitriser.

      Pour les ultra vélos, il y a de tout aujourd’hui : des challenges qui ne demandent rien (l’Omomarto..) avec de belles réalisations (t-shirt/trophée..), des choses qui se veulent très « exclusives » (prix élevé avec des goodies de qualité : maillot ..) et surement des organisateurs qui « abusent » sur ce côté. Quand on a un vélo à 3000, 4000, 7000.. Une sortie à 100 balles c’est quoi ? 😀
      Tracer, repérer.. ça demande quand même pas mal de boulot. et la bonne ambiance avec une bonne bière ça fait tout 😀

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.