[Test] La Craft CTM Ultra Carbon 2 : la super shoes venue de Suède

[Test] La Craft CTM Ultra Carbon 2 : la super shoes venue de Suède 1

Au programme : test de la nouvelle Super Shoes de Craft : la CTM Ultra Carbon 2

Il y a quelques mois je vous présentais l’histoire de la Craft CTM Ultra Carbon autour de Tony Rivs, la première chaussure avec une plaque carbone de la marque suédoise qui se démarquait de la concurrence par son look et son positionnement hybride entre route et trail.

1 an plus tard, me voici avec la Craft CTM Ultra Carbon 2 aux pieds !

Niveau design peu de choses ont changé : le look reste hors de l’ordinaire. Après le camouflage, on passe dans le géométrique bicolore, très réussie pour se faire remarquer ! On garde aussi le côté versatile de la chaussure avec une semelle très cramponnée pour une super shoes. Mais cela reste suffisamment modéré pour ne pas être gênant sur la route.

La semelle intermédiaire est toujours composée de la mousse Ud Foam de la marque à base d’EVA et d’une plaque carbone. Cela reste à mon gout ferme. Et pour la tige, elle est réalisée d’une seule pièce avec un mesh très aéré. Il n’y a aucun élément de renfort si ce n’est 2 coussinets sous la malléole.

Craft CTM Ultra Carbon 2 

Concernant les mesures, on est à la limite du légal pour la World Athletics: 40mm d’épaisseur au talon, 10mm de drop et un poids non négligeable de 320g en 44.

Les sensations avec la Craft CTM Ultra Carbon 2 aux pieds !

Une fois la Craft CTM Ultra Carbon 2 aux pieds, on sent assez vite la volonté des concepteurs de Craft : la tige est minimaliste avec un volume assez large. Il faut bien lacer la chaussure pour éviter que le talon ne glisse vu qu’il n’y a pas de contrefort. L’empeigne est très aérée, c’est idéal par temps chaud, plus embêtant sous la pluie ! On est loin d’une tige de chaussure de trail (à part une Arcteryx Norvan SD mais avec beaucoup plus de hauteur)
La semelle n’est ni molle ni ferme mais juste un équilibre entre les 2, un bon dosage entre la mousse à base d’EVA et la plaque carbone. Le rocker se fait bien sentir même à plat.

Je l’ai essayé sur un peu de plus de 150km sur route et chemin (type « gravel »). Elle est très agréable en endurance, tempo et répond très bien au changement de vitesse. Elles montrent, je trouve, ses limites en « up tempo : sprint » où le poids et le volume assez large, avec mon pied fin, donne l’impression que le pied se fait embarquer par l’inertie : une sensation pas très agréable. J’insiste mais avec ce type de chaussure il ne faut pas hésiter à bien réajuster les lacets régulièrement pour mieux sécuriser la tenue de la chaussure au niveau du talon. La semelle est bien plus large que la tige ce qui offre une bonne stabilité dans la plupart des cas. La plaque intégrée dans la semelle n’offre quasiment pas de possibilité de torsion, il faudra donc faire attention aux dévers et nids de poule, le pied suivra la semelle qui ne se déformera pas. De plus la tige n’offrant que peu renfort, ça sera à votre pied de stabiliser votre foulée.

Les crampons de la semelle permettent facilement de passer de la route aux pistes forestières sans se poser de question 

Une chaussure pour qui ?

C’est une bonne question ! La cible de cette super shoes n’est pas la même qu’une Vaporfly ou consort, même si la chaussure est conçue pour le marathon, je la conseille plutôt sur l’ultra sur terrains variés. Attention quand je dis variés, je ne pense pas au trail « alpin », ni technique que l’on a souvent comme référence en France. Il faut l’imaginer comme l’équivalent du « gravel » pour la chaussure. Elle se comportera bien dans le gravier, sur piste forestière mais pourra déstabiliser le coureur sur un terrain plus compliqué. Je la trouve aussi très bien à l’entrainement sur les séances en mode « croisière »

[Test] La Craft CTM Ultra Carbon 2 : la super shoes venue de Suède 2 

Conclusion

On voit de plus en plus de chaussures de trail embarqué des nouvelles mousses et des plaques composite. Il est important de maitriser la stabilité des nouvelles mousses afin de transposer ce que l’on a pu voir sur la route dans le trail. L’objectif de cette déclinaison ne sera pas forcément d’aller plus vite mais de réduire la fatigue sans compromettre la stabilité (que l’on pourrait traduire par sans augmenter le risque de blessure) 

Les chaussures conçues pour les marathons sur route auront donc des caractéristiques différentes de celles des ultramarathons et cette Craft CTM Ultra Carbon 2 le montre avec une mousse en EVA qui a une meilleure longévité que le PEBAX mais avec moins de rebonds, une plaque qui stabilise la semelle intermédiaire et un drop « élevé » pour décharger le mollet sur les longues distances. Elle est pour moi un très bon choix hybride pour ceux qui ont une préférence pour l’ultra mais qui ne font pas que de la route ! 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.