[Brevet] On Cloudboom : du Cloud au Carbone

[Brevet] On Cloudboom : du Cloud au Carbone 1

Au programme : une semelle avec un insert carbone pour la ON CloudBoom et une semelle sans Clouds  !

Cet article ne présage pas des futures sorties de la marque, il n’est issu que de mon analyse d’un brevet déposé par la marque et reflète potentiellement les activités des concepteurs.

Les informations présentées dans cet article proviennent de la demande de brevet WO2020108868 et WO2020108896 déposées par ON Clouds Gmbh remplies en novembre 2018 et publiées le 4 juin 2020.

2020 on retiendra la COVID-19 et l’apparition des plaques carbone chez toutes les marques de sport (ou presque). Cette fois-ci, ce sont les suisses de ON Clouds avec la ON CloudBoom

Ce qu’apporte la ON Cloudboom !

En plus d’un amorti vertical, On propose d’agir sur les forces horizontales qui s’exercent sur les semelles et qui, d’après le brevet,  sont l’une des principales causes des douleurs fréquentes aux articulations des genoux et des hanches. De plus, l’amorti s’accompagne généralement d’une chaussure plus lourdes et souvent privilégiée sur une zone : le talon. L’objectif est donc un amorti sur toute la chaussure avec un poids réduit ! (presque le Graal si on y ajoute l’attenuation des vibrations)

Et on fait ça comment ?

La semelle de la ON CloudBoom comprend une semelle intermédiaire souple et élastique. La semelle intermédiaire comporte plusieurs canaux s’étendant dans une direction transversale. Ces canaux sont disposés sur 2 plans décalés verticalement. Ces canaux sont également déformables verticalement et/ou longitudinalement sous l’action des forces verticales et/ou longitudinales.

semelle on cloudboom
La semelle avec les 2 rangées de canaux (3 et 4)


En disposant les canaux dans au moins 2 plans horizontaux, on obtient une amélioration de l’effet d’amortissement d’après ON Clouds. Car, le fait que le premier et le second plan horizontal soient décalés verticalement l’un par rapport à l’autre permet de former un amortissement dit hiérarchique. L’amortissement n’est ainsi plus limité à des segments individuels d’éléments amortisseurs de CloudTec, mais s’étend sur toute la semelle intermédiaire. Ainsi quand votre talon va attaquer le sol, le premier « clouds » va se déformer puis celui du second plan et ainsi de suite. 

L’amortissement hiérarchique est particulièrement avantageux car les canaux du premier plan horizontal sont plus flexibles et peuvent donc se déformer plus facilement que les autres canaux. Il est ainsi possible de créer un effet d’amortissement supplémentaire à des endroits précis, ce qui améliore l’effet d’amortissement global et le confort du coureur. C’est ce qui est fait sur la ON CloudStratus.

on speed board
La SpeedBoard

Dans une des versions proposées, une couche supplémentaire est disposée entre les 2 plans. Elle s’étend sous tout le pied et est constituée d’une plaque incompressible. Cela permet de répartir la pression sur l’ensemble des Clouds. Cette plaque est connu sous le nom de SpeedBoard chez ON et dans le cas de la ON CloudBoom, elle comprend des fibres de carbone. Il est écrit que la SpeedBoard est infusé de fibres de carbone, ce qui est très vague : ajouter des fibres de carbone rend le matériaux anisotropie (il ne réagit plus pareil dans toutes les directions), il est donc important de savoir dans quel sens mettre les fibres et quelle quantité pour avoir la rigidité dans la bonne direction !

Les canaux ont une hauteur (extension des canaux dans le sens vertical) de 2 à 10 mm et une longueur  de 10 à 30 mm, dans la zone latérale de la semelle intermédiaire.

Voilà pour la ON CloudBoom, ce qu’il faut retenir n’est pas trop dans l’insert carbone qui fait stabilisateur entre les 2 plans et un effet de distribution de force mais plutôt l’intégration d’une seconde rangées de canaux que ON a déjà intégré dans la CloudStratus.

La surprise du chef : Et si ON virait ses Clouds ? 

A moins que ce soit dans ce second brevet qu’il faille aller chercher le futur de ON ! Les concepteurs de ON Clouds proposent ici une semelle sans la technologie CloudTec habituelle. Elle est remplacée par une rangée de canaux transversaux sur un plan au dessus de la semelle extérieure. La forme des canaux est étudié pour obtenir une déformation sous une force de 1500 à 2000N.

Semelle ON brevet
La semelle sans clouds

Le brevet de ON précise que ce modèle peut aussi comporter une plaque élastique incompressible, la SpeedBoard comme pour la ON CloudBoom qui dispose de la version carbone.

Conclusion

Tout le monde y va de sa plaque carbone mais quand on voit la courbure de certaines (ici plutôt limitée), je me demande quel effet elle peut avoir mis à part de répartir la force sur toute la surface pour diminuer les contraintes locales et peut-être gagner en durée de vie de la chaussure, mais elles n’ont certainement pas toute l’effet levier de la version de Nike. 
Je n’ai jamais testé leurs produits mais je trouve qu’ON propose une version différente des mousses très soft avec ses canaux amortissants qui offrent le même effet mécanique mais avec une structure différente et mécaniquement très intéressante !

PS : C’est chiant les brevets en allemand !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *