Semaine 6-7-8 : Le défi des vins du trail du Vignoble Nantais

Semaine 6-7-8 : Le défi des vins du trail du Vignoble Nantais 1

Au programme : 44.4km en 2 jours !

3 semaines d’entrainements pour retrouver de l’endurance

A la suite des 10km de Vincennes, j’ai changé d’optique pour mes entrainement en passant de la vitesse à l’endurance. Le reste de l’année est orienté « longue » distance ou au moins « longue » sortie. On rechausse donc les trails et on attaque les chemins ! 2 belles sorties de 16km et 17km (l’occasion de tester les nouvelles Kalenji Race) à gouter timidement la boue mais avec joie et avec un bon petit rythme. Je garde 2 petites sorties en endurance et une sortie qui m’avait plu lors du mini plan 10k: le fractionné en montée, en puissance mais avec beaucoup d’applications.

Le trail du vignoble nantais – La nocturne – 22km

C’est la troisième année de suite que je prends part à cette course qui démarre généralement ma saison de trail ! Un défi en 2 parties : une nocturne de 22km le samedi soir courue avec Elsa et un autre 22km le dimanche matin en mode test.

Pour cette année, le parcours en 3 boucles de la nocturne s’annonce extrêmement boueux et le mot est faible.

Le départ est donné à 19h. Après 1 tour de parc, on attaque les choses sérieuses. On comprend vite que l’entrée, le plat et le dessert vont être composés exclusivement de boue servis avec un grand verre d’eau ! On part de l’arrière du peloton, ça râle un peu dans les premiers chemins boueux mais on y prend vite gout et Elsa passe la seconde pour commencer la remontée. Elle vole au dessus des mares de boue, pendant que je cherche tranquillement le chemin le plus facile !

On termine la première boucle de 4km en 24’20 », un petit passage par le parc avec beaucoup de monde et d’encouragement et on rattaque la boue ! On est alors vers la 575ième place (oui j’ai compté tout le monde). La deuxième boucle se passe toujours aussi bien : les jambes roulent toutes seules ! On a accéléré un peu le rythme, on passe le 11ièmekm  en 1h03′ vers la 465ième position : déjà 100 places de gagner !

La dernière boucle est la plus longue et la plus terrible : passage dans une buse et un peu plus de dénivelé. En 2012 et 2013, il y avait moyen d’esquiver l’eau dans la buse en passant sur les bords : cette année pas moyen. J’opte donc pour la méthode bourrin : à fond en plein milieu! Ca y est les mollets ont gouté l’eau et ils vont déguster. Il a tellement plu qu’un torrent s’est formé dans les dernières difficultés : on a le droit à 2 petits passages à gué ! Les 11 derniers kilomètres sont bouclés en 1h07′ ! et encore 65 places de remonter ! Elsa finit 400ième et moi 401ième sur 793 arrivées ! avec un bon 2h11’34 » : la même moyenne qu’en 2012 avec un terrain bien plus difficile et un parcours un peu rallongé!

Bon heureusement que j’avais prévu les affaires de rechanges de la tête au pied (sur pour les pieds) car mes fringues et chaussures sont rincés !

Le trail du vignoble nantais – le 22km

Même lieu, 12h30 plus tard, on reprend les chemins ! Les jambes sont plutôt bien remises: en 2012, j’en avais chié, en 2013 après un petit échauffement c’était passé en 2014 : j’attaque direct 😀 !

10h30 : Je pars de l’avant de la course : petite erreur car ça part méga vite ! Je me laisse couler dans le peloton mais le rythme est juste énorme pour moi : premier kilo en 4’22 !!!

Bien que le parcours se fasse cette année en sens inverse, ( ce qui est perturbant pour les repères), je connais un peu le profil : on va se manger les « difficultés » dans les 10/15 premiers kilomètres et ensuite ça sera cool! Il faut donc gérer au mieux ces premiers kilomètres

Je calme donc vite la machine, je me fais bien dépasser mais je fais ma course ! Je passe le 5ième en 24’15 ». Voici la première grosse montée : un mini torrent à pris place au mieux des pierres donc ça marche : cool le rythme est bien cassé ! A partir de maintenant, je me fais remonter que très ponctuellement! Je passe le 10ième en 50’10 vers la 150ième position ! La machine roule toujours aussi bien, je profite au mieux des descentes et ne force pas trop en montée.

Dans la dernière descente (et non je ne marche pas)
Dans la dernière descente (et non je ne marche pas)

Les paysages inondées autour du chemin sont assez impressionnants ! Je profite des moments de plats pour relancer la machine, je suis en tête d’une petit groupe de 3 à 4 personnes qui s’accrochent bien sauf dans chaque petites descentes où j’arrive faire un petit écart. 14ième kilomètre : c’est là la dernière descente : je laisse couler la machine et je fais rapidement un trou avec de petit groupe. Je ne les reverrais plus !

Au 16ième kilomètre, c’est le passage à gué tant attendu ! Niveau de l’eau habituel : entre mi-mollet et la cheville , niveau 2014 : le genou !! Je sors de l’eau : chaussures noyées en découvrant un défaut des Kalenji Race :  l’ouverture entre la languette et le chaussant a laissé passer plein de petits gravillons qui sont maintenant sous mon pied !

Le passage à gué
Le passage à gué

Je continue ma lente remontée sur les 6 derniers kilomètres, mais ça commence à devenir dur sur le plat il faut pousser ! Je tient  tout juste le 12km/h ! 21km on se rapproche du lycée : je lâche les dernière forces jusqu’au moment où je découvre qu’il reste une belle montée ! Je remonte encore quelques personnes dans la descente

Et voila : 1h51’33 » et une belle 117ième place sur 1041 : 6’30 de moins qu’en 2013 ! Je suis ravi, heureux de ce chrono !

Si vous êtes dans la région en 2015, je recommande vivement ce trail : une organisation au top, un parcours bien sympa et une bouteille de vin pour tout le monde !!

Les résultats de ce défi, c’est par ici : les résultats  et les photos 
Crédit photos : Michel LE VIOL
Prochaine course : Le trail des poilus : 53km (et un peu de repos avant)

Le résumé  de la période:

Type

Distance

Durée

Dénivelé

Running  120km 10h38′  D+ 1190m

 

7 comments

    1. Merci !
      C’est un bon avant gout des Poilus : chemin, boue, boue, boue et quelques petites côtes! j’espère que j’aurais bien récupéré d’ici la semaine prochaine !

    1. « La boue et l’eau c’est sympa sur un parcours de 20km au delà ça devient chiant » dit-il en pleurant en regardant son calendrier à la page du 9 mars

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *