Semaine 19 : J’ai fait les forts !

Semaine 19 : J'ai fait les forts ! 1

Au programme : J’ai fait les forts comme le dit le slogan du trail !

Déplacement à Besançon

Pas beaucoup (=pas) d’entrainement cette semaine: juste une petite balade en forêt des 3 pignons pour faire 4/5 bosses tranquillou.

On avait prévu dans notre programme avec Elsa avant d’aller attaquer le Marathon du Mont Blanc de se trouver des courses (au moins une) avec un bon 1000m de D+. J’avais fait le trail des poilus avec ces 1700m de D+ mais Elsa était restée sous la fameuse barre des 1000m. J’avais entendu pas mal de bien de ce trail qui fait partie du TTN et étant à 3h de là où on habite, le trajet semblait réaliste (et négociable avec elle 😉 )

On a continué l’entrainement de la semaine en faisant une belle visite de la citadelle la veille de la course : nickel pour découvrir les marches !

 

Le trail des forts – Besançon – 27km

 

Le trail des forts du grand Besançon, c’est 3 courses et une rando : 47, 27, 19 et  16km. On a choisit le 27km et ses 1050m de D+, dernière course à partir. On arrive sur place un peu avant le 19km espérant trouver plus facilement une place pour se garer : c’est un peu la lutte de caser 3200 coureurs, on trouve par chance une place à 200m du départ. On a le temps de profiter du départ du 19km : punaise y a du monde et de l’ambiance.

Vu mon peu d’entrainement et ma cheville pas encore à 100% (j’ai couru avec une chevillère pour la maintenir), j’ai décidé de ne pas trop forcer en faisant notamment les 12 premiers kilomètres puis en laissant rouler un peu la machine. Pour formaliser tout ça, j’ai mis le partner virtuel allure 7’15/km : 3h15 pour boucler le trail.

9h30 pétante, le départ est donné, on est plutôt bien placé. Ca ne bouscule pas trop dans les 500m premiers mètres, puis on rejoint un chemin qui longue le Doubs et là ça coince un peu plus ! 2km de plat pour s’échauffer, Elsa slalome pour remonter et ça galope : 5’15/km de moyenne !

Le départ depuis la Rodia et le sommet de la première bosse : le fort de Bregille
Le départ depuis la Rodia et le sommet de la première bosse : le fort de Bregille

A la sortie du chemin, on attaque direct la première montée : 175m de montée sur 2km! Ca bouchonne à certains endroits: entonnoir, pierres ultra-glissantes; et ça râle beaucoup !!

Depuis le début de la course, je regarde pas mal les chaussures des gens que l’on croise et je suis assez étonné : Nike Free Run, Asics de route et j’en passe.. Il faut être fou pour partir dans un trail avec ça aux pieds ! Avec mes softground au pied, mon pied accroche limite à certains moments tellement ça glisse et la semelle est loin d’être lisse pourtant.

La montée et la descente se passent bien, je fais très attention où je pose le pied gauche pour préserver ma cheville. Dans la descente, on se mange la première averse… puis une seconde, sur le plat dans Besançon. Cette section de 3km le long du Doubs permet de faire le tour de la ville, sur un passage en pavés un peu glissant, où beaucoup préfèrent le bas côté herbeux. Elsa ne traine pas, on passe le 10ième kilomètre en 1h01′ !

On sort de la ville, 3ième averse, je m’arrête pour mettre la veste WP. Elsa prend un peu d’avance mais on arrive bientôt à l’endroit où je la « lâche ». J’arrive au bas de la seconde montée qui mène au fort de Chaudanne, où j’ai prévu de laisser partir la machine. Ca bouchonne (comme d’hab), j’utilise ma technique « 25 bosses » : courir dès que possible. Je profite vraiment de cette montée et je suis très étonné de remonter autant de monde, là où d’habitude je peine !

Chaudanne depuis la citadelle de Besançon
Chaudanne depuis la citadelle de Besançon

10′ d’une belle montée, je passe en haut à la 548ième place. La descente se fait principalement sur route à plus de 15km/h, ça dérouille ! Les 2 montées suivantes se passeront presque aussi bien, mais avec beaucoup plus de marche mais sur un bon pas qui me permet de remonter les gens qui me dépassent dans les descentes ultra glissantes !

Depuis le début de la course je navigue entre 10′ et 15′ d’avance sur le partner virtuel en début de côte et avec ma prudence entre 7′ et 10′ en bas de la descente.. Je passe le 20ième en 2h11 aux alentours de la 510ième place.

Au détour de l’avant dernière descente, mon regard se baladant entre le chemin glissant et le paysage, je tombe sur un animal, je sais que personne me croira si je dis que j’ai croisé cette bête (Elsa ne l’a même pas vu d’ailleurs). C’est arrivé à une fille paumé dans l’Aveyron il y a 2 semaines et elle a été internée depuis ! J’hésite, est-ce les pluies acides qui m’ont rendu fou, ma lucidité qui a chuté d’un coup, je sors donc l’iPhone pour prendre en photo… un lama (ou vigogne je ne suis pas spécialiste) au milieu du Doubs !

 

Oh putain ! un lama !
Oh putain ! un lama !

La course reprend vite son cours, on rejoint le 47km pour une ultime montée : la citadelle. Je reprends assez vite mon pas de marche quand je vois débouler la première femme du 47: Caroline Chaverot, assez impressionnante à voir passer :Sur la citadelle elle est partie 1h45 avant nous, elle a bouclé 20 bornes de plus et elle court toujours ! (bon ok 47km c’est une balade pour elle 😉 ). On avait fait le chemin de ronde sur la citadelle la veille, je sais qu’il ne reste plus grand chose ! Pas le temps d’admirer le parc zoologique, on court pour lâcher le partner virtuel plus que 5′ d’avance ! et j’ai même le sourire : pour preuve cette miniature d’une photo à 12 boules de Flash Sport !

Encore quelques marches à descendre en faisant attention, 1km de route et j’aperçois la ligne d’arrivée : 27km à la montre en 3h09’10 » mais il reste encore 700m avant la ligne ! Je ne force pas, je sais que l’objectif de 3h15 sera atteint ! Je passe la ligne en 3h12’45 », 473ième !

Je me ravitaille chez PowerBar en attendant Elsa qui arrive en 3h23’59 » . Elle visait entre 3h30 et 3h40: sans commentaire 😉

Le ravito d’arrivée est plutôt sympa : pain, charcuterie mais avec la tempête qui s’abat dehors un truc chaud aurait été le top ! (et visiblement les derniers n’y ont pas eu droit)

Le parcours est vraiment sympa qui permet de découvrir le coin et ses forts, avec quelques sections très roulantes (parfois sur route), le type de parcours « mixte » que j’affectionne beaucoup avec des bosses à ma portée 🙂 Je reviendrais peut-être pour essayer la taille supérieure !

J’ai tellement bien géré que je vous partage mon secret d’alimentation

Infographie-GO2

Pour finir une petite infographie de GO2 qui résume bien mon week-end gastronomique. Avant la course : 2 jours de féculents, on avait emmené que des pates et du riz. Pendant la course : bien s’hydrater avec une averse toutes les 20 minutes, il suffit d’ouvrir la bouche et en plus ça hydrate la peau. Et après la course bien refaire le plein en protéines : dégustation de charcuterie locale et une bonne bière : NICKEL

Trêve de plaisanterie par ces fortes chaleurs (humhum comme ce weekend) il faut bien s’hydrater : je privilégie l’eau dans la poche à eau personnellement et coca ou eau pétillante au ravito mais il ne faut pas oublier de se recharger en minéraux aussi et notamment en sodium que l’on perd par la sueur et qui fixe la flotte ! Alors que l’on soit plutôt gel, barre ou boisson énergétique / maison ou marque quelconque : GO2, Overstim’s, Aptonia, Gu Energy, Mx3, Hammer Nutrition, VFuel, Coco and Rico, Punch Power, Eafit, Fenioux, isostar, Scientec Nutrition, Carb Boom, +Watt, MuleBar, Inkospor, PowerBar, Apurna, Squeezy (si vous connaissez d’autres marques, n’hésitez pas j’aimerais pas en oublier une !), gérons l’effort et hydratons-nous bien  !

Type

Distance

Durée

Dénivelé

Running  27.4km 3h13  D+ 1020m

4 comments

  1. Ah ah! ça me fait plaisir qu’on partage cette expérience unique dite « du croisé de lama ». 😀
    Cette course me fait hyper envie. Mais j’habite encore plus loiiin maintenant, ça va pas être évident d’y participer.
    Félicitations à vous deux! Et visiblement cette période de repos forcé ne t’a pas fait régressé. 😀

    1. Nan mais c’est improbable de croiser cet animal !
      Le parcours est très sympa, ça doit être encore mieux sous le soleil 🙂 Il y a encore plein de trail à découvrir par chez toi avant non ? 😉
      Je suis toujours assez étonné de pouvoir boucler ce genre de course sans entrainement.. enfin fallait pas me demander de faire un 10km en 40′ ça aurait été plus dur 😉

    1. Merci Eve
      1000 personnes de mémoire, les premiers kilomètres ça bouchonne un peu mais à partir du 6/7 ça s’étale bien et tu peux faire ta course.. Ca rebouchonne un poil au 12ième dans la montée vers Chaudanne. J’ai connu bien pire comme encombrement notamment sur des courses sur route..

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *