[Brevet] Nike et sa chaussure simplifiée

[Brevet] Nike et sa chaussure simplifiée 1

Au programme : Une chaussure simplifiée chez Nike

Cet article ne présage pas des futures sorties de la marque, il n’est issu que de mon analyse d’un brevet déposé par la marque et reflète potentiellement les activités des concepteurs.

Les informations présentées dans cet article proviennent de la demande de brevet US2020281302 déposée par Nike remplie en février 2020 et publiée le 10 septembre 2020. Il est le second d’une famille de brevet commencée en 2017

La construction 3D de la chaussure devient le cœur du travail chez beaucoup de marques : Salomon, The North Face et maintenant Nike ! Pour résumé au lieu d’avoir un upper tricoté construit à plat en 2D, on le tricote en tube !

Le principe est assez proche de celui de Salomon, le chaussant est fabriqué sur une machine à tricoter circulaire, la seconde couche du tube est retroussée sur la première puis une couture est faite au niveau des orteils pour fermer la structure. Une construction de chaussure suivant ce brevet à l’avantage de nécessiter moins d’éléments et donc de réduire globalement les couts.

Nike propose plusieurs variantes sensiblement différentes dans ce brevet :

[Brevet] Nike et sa chaussure simplifiée 2
Le système de rétention

La première n’utilise pas de renfort entre les 2 couches mais un système de rétention qui exerce une tension sur le pied du coureur. Il vient en quelque sorte bloquer le pied en fournissant un support « medial-to-lateral » à l’aide d’un fil spécifique, peu élastique mais résistant, tricoté en forme de boucle entrecroisée : une sorte de scratch. Cette construction de la chaussure limite l’utilisation d’adhésif.

[Brevet] Nike et sa chaussure simplifiée 3
Les différents éléments rigides

La seconde implique d’intégrer une sorte de squelette complet ou partielle pour rigidifier la chaussure, entre les 2 couches du chaussant. L’option que semble privilégier par Nike est la réalisation de poches entre les 2 couches dans lesquelles viennent se loger des éléments pour donner une forme au manchon.

[Brevet] Nike et sa chaussure simplifiée 4
La version avec la semelle coulée entre les 2 couches

Des sous-variantes sont proposées comme celle-ci qui consiste à « couler » la semelle intermédiaire entre les 2 couches du manchon pour stabiliser la structure. Il ne reste plus qu’a intégrer les crampons de la semelle externe sur la second couche.

 

Le manchon améliorée

Toutes ces constructions peuvent être couplé à ce que Nike considère comme du visuel mais qui peut être vu aussi comme un élément de guidage à la construction pour le positionnement de la semelle par exemple ou de l’amélioration de certaines zones. 

[Brevet] Nike et sa chaussure simplifiée 5
La version améliorée du manchon par zone

Le manchon est découpé en plusieurs zones :

  • la première couvre tout le dessous du pied, du talon aux orteils. cette partie peut être plus rigide et/ou plus épaisse pour ouvrir plus de stabilité et accueillir la semelle. Elle peut contenir plus de fils de polymère thermoplastiques par exemple.
  • la zone 2 reprend une zone qui pourrait être la languette de la chaussure. Elle serait plus élastique pour mieux s’accommoder au pied du coureur. Elle peut aussi recevoir des œillets pour les lacets et être plus épaisses pour améliorer le confort au niveau du dessus de pied.
  • La troisième zone entoure le haut de la cheville. Cette zone doit être élastique pour faire rentrer le pied aussi avoir un bon retour en position une fois le pied dans la chaussure pour ne pas ressembler à une vieille chaussette et ainsi limiter l’entrée de débris dans la chaussure.
  • La zone 4 autour de la malléole doit être élastique mais surtout d’après Nike offrir un confort suffisant et/ou une protection de la cheville en limitant le mouvement de la cheville autour de l’axe du pied.
  • La Zone 5 est située sous la quatrième, c’est la plus rigide pour offrir de la stabilité au tricot.
  • Au contraire la sixième zone est moins rigide que les zones adjacentes pour offrir plus de flexibilité
  • La dernière zone au niveau des orteils serait la plus respirante.

Cette construction permet d’avoir un manchon avec un découpage par fonction ce qui semble être pertinent pour améliorer la conception de celui-ci et obtenir un meilleur confort.

Conclusion

Le premier brevet a été abandonné après avoir fait objet d’un « notice of appeal » aux USA. C’est le dernier recours pour convaincre les examinateurs après que les revendications aient été rejetés 2 fois ! (On pourra noter que les examinateurs ont cité le brevet de Salomon en opposition). Et pourtant Nike continue avec ce nouveau brevet en attaquant la partie construction de la chaussure (et je pense que les examinateurs opposeront les mêmes brevets).

C’est intéressant de voir que Nike continue à développer cette famille de brevet, est-ce un investissement pour des futures chaussures de course ? ou uniquement de football ? Cela n’a peut-être pas beaucoup d’intéret pour une chaussure de route (le Vaporweave ou FlyPrint sera plus léger) mais celà devient intéressant pour une chaussure de trail qui a besoin de plus de durabilité dans un environnement « hostile ». Affaire à suivre !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *