[Brevet] La TenNine de Hoka One One !

Hoka One One

Au programme : La nouvelle TenNine de Hoka One One !

Cet article ne présage pas des futures sorties de la marque, il n’est issu que de mon analyse d’un brevet déposé par la marque et reflète potentiellement les activités des concepteurs.

Les informations présentées dans cet article proviennent de la demande de brevet US2020100565 déposé par Deckers Outdoor rempli en octobre 2018 et publié le 16 avril 2020.

Nous avez surement vu apparaître sur vos réseaux sociaux préférés, ce monstre, cette chaussure sortie de nulle part : la Hoka One One TenNine, une chaussure très exclusive sortie uniquement à 3000 exemplaires (la moitié pour les USA, l’autre pour l’Europe). Cette chaussure et sa semelle démesurées sont couvertes par un brevet que je vais décortiquer !

TenNine
La fameuse Hoka One One TenNine

Sans surprise, on retrouve Jean-Luc Diard et Christophe Aubonnet derrière ce brevet avec Vincent Bouillard,, et Thibaut Poupard.

Le but de cette semelle est d’augmenter la stabilité, de réduire les forces d’impact et d’améliorer la propulsion vers l’avant. Tout l’ADN de Hoka One One qui a toujours voulu faire une chaussure inspirée du VTT de descente : gros amorti pour ne pas avoir peur d’affronter les terrains en descente avec de la vitesse !

Les basiques de la course 

La course à pied est un sport d’impact !  En effet, lorsque le pied frappe le sol pendant la course, la force d’impact est équivalente à entre trois à cinq fois le poids du corps ou plus. Cette force est particulièrement importante dans la zone du talon du pied. Cette force remonte au travers le corps du coureur. Lorsqu’une personne court, le choc et le stress se répètent à chaque coup de pied avec le sol, ce qui peut provoquer des blessures de stress, des douleurs et une usure excessive des articulations.

Pour les concepteurs de chez Hoka One One, lorsque les pieds et les chevilles sont correctement soutenus, alignés et suffisamment stabilisés au sol, le corps d’une personne est capable de rester équilibré et d’absorber des forces d’impact importantes. De plus en formant un levier efficace qui canalise correctement la puissance pendant la propulsion, l’efficacité biomécanique s’améliore. Par conséquent, il est souhaitable de fournir des chaussures qui soutiennent, alignent et équilibrent uniformément les pieds du coureur pour aider à réduire les contraintes sur les pieds tout en améliorant la propulsion du corps de la personne. 

La semelle de la TenNine

La première chaussure présentée dans le brevet est ce qui ressemble le plus à la TenNine à quelques détails près. C’est celle-ci que je vais vous décrire ici.

Dessin du brevet de la Hoka One One TenNine
La chaussure dont nous allons parler

La semelle intermédiaire est décrite en 3 épaisseurs :

  • une première épaisseur T1 au niveau du talon de 3,5 à 4,5cm 
  • une deuxième épaisseur T2 au niveau de la partie médiane du pied de 4 à 6 cm
  • une troisième épaisseur T 3 à l’avant du pied de la chaussure de 3 à 5 cm

Vous aurez remarquer que la hauteur T1 n’inclut ps toute la semelle, c’est la partie stabilisatrice en dessous. Nous en parlerons plus tard. 
Le brevet indique que cette construction assure une plus grande stabilité et un meilleur amortissement dans la partie centrale et l’avant-pied de la chaussure pour aider à absorber les forces d’impact lorsque la partie avant du pied de la chaussure touche le sol. La semelle intermédiaire est en éthylène-acétate de vinyle (EVA).

[Brevet] La TenNine de Hoka One One ! 1
La différence entre le chaussant et la semelle externe

La semelle a une partie avant du pied d’une longueur de 9,0 cm et s’incurve jusqu’à un point situé à une hauteur d’au moins 2,0 cm au-dessus du sol. L’allongement de la longueur  et l’augmentation de la hauteur de la partie avant du pied visent tous deux à augmenter le temps de contact au sol, et l’allongement de la foulée c’est-à-dire la période de temps entre le moment où le pied d’un coureur touche initialement le sol et celui où ce même pied touche à nouveau le sol. La combinaison de l’augmentation du temps de contact et de l’allongement du cycle de marche permet à l’utilisateur de se déplacer plus facilement sur le sol, d’augmenter la force de propulsion du pied de l’utilisateur sur le sol et de retarder la fatigue pendant la course.

[Brevet] La TenNine de Hoka One One ! 2
L’élément stabilisateur de la TenNine

Enfin, la semelle extérieure comprend une partie stabilisatrice (en jaune) qui s’étend vers l’extérieur selon un angle déterminé ⊖ et à une distance donnée par rapport à la semelle intermédiaire. C’est cette partie qu’Hoka One One met en avant. Comme le montre la figure, l’angle ⊖ est l’angle entre la ligne verticale partant de l’extrémité arrière de la semelle intermédiaire et une ligne à la surface supérieure de l’élément stabilisateur arrière. Cet angle varie entre 50 et 80° suivant les réalisations du brevet, et s’étend vers l’extérieur à partir de la semelle intermédiaire sur au moins 4,0 cm. En ayant cette partie stabilisatrice, qui a une base plus large près de la partie talon, la TenNine est capable de rester relativement équilibrée et stable sur différentes surfaces, y compris les surfaces inégales comme sur votre chemin de trail préféré : le sentier des anglais à la Réunion par exemple. Dans cette version, la partie stabilisatrice est constituée d’une combinaison d’EVA et d’un matériau en mousse pour fournir à la fois une stabilité et un amortissement. Cette partie vise aussi à augmenter votre temps de contact au sol en permettant un contact plus tôt.

[Brevet] La TenNine de Hoka One One ! 3

Pour parler rapidement de la tige, elle est construite en 3 éléments. Sur l’avant, la languette est prolongée par un gousset qui s’étend jusque l’avant de la chaussure. Sur l’arrière, un contrefort (vert) limite le déplacement du talon et enfin la tige est complétée par l’empeigne (orange) qui couvre les côtés latéraux uniquement. 

La version survitaminée de Hoka One One !

[Brevet] La TenNine de Hoka One One ! 4

Mais Hoka One One propose d’autres versions pour sa technologie de semelle stabilisatrice avec des longueurs variables.

Une semelle conventionnelle s’étend vers l’avant au-delà du profil de la tige sur une longueur d’environ 2,0 à 25 millimètres, soit environ 0,8 à 6 % de la longueur (LU). La longueur (LU) de la tige correspond sensiblement à la pointure des chaussures. 

Ici, cette version survitaminée de Hoka One One comprend en plus un élément stabilisateur à l’avant (en bleu) qui fournit un effet de propulsion à la fin d’une foulée. Cet élément représente ici 9% de la longueur LU ! (et jusqu’à 25% sur la représentation la plus « folle »)

[Brevet] La TenNine de Hoka One One ! 5
Le monstre by Hoka One One

Dans ce modèle, le rapport entre l’épaisseur (E3b) à l’extrémité distale de la semelle et l’épaisseur (E3a) à la base de l’élément stabilisateur avant est 2. Les concepteurs de Hoka One One indiquent qu’une épaisseur relativement importante permet d’accumuler de l’énergie lors de la compression de l’élément  à la fin de la foulée et de la libérer par un effet de ressort pendant la phase de lancement de la jambe de force. Je pense que cela est peut-être optimiste. Par contre cela forme une semelle avec « rocker » qui crée un mouvement de bascule vers l’avant ce qui soulage le tendon d’Achille d’après quelques études (mais en accentuant le travail du genou). « Amis podo, si je dis n’importe quoi, n’hésitez pas à me corriger ». C’est déjà courant chez Hoka One One mais cela semble très prononcé ici.

[Brevet] La TenNine de Hoka One One ! 6
La semelle de ce monstre !

Concernant l’élément stabilisateur arrière, que l’on a vu sur la TenNine, sa longueur (L3) représente 20% de la longueur LU dans cette version (contre 17% sur l’exemple ressemblant à la TenNine). Cet élément à une épaisseur quasiment uniforme (d’au moins 1cm mais connaissant Hoka One One, cela sera vraiment un minimum !). Avec une épaisseur relativement importante, cet élément arrière contribue à améliorer l’absorption des chocs par sa compression au début d’une foulée (attaque talon).

Les concepteurs de Hoka One One vont encore plus moins (et vu que c’est à la mode) en mentionnant qu’une plaque de semi-rigide (comme une plaque en carbone) peut être intercalée entre la semelle intermédiaire et la semelle extérieure pour assurer un soutien supplémentaire ou encore une plaque à « effet ressort » qui serait insérée dans la zone du talon afin d’aider à absorber la force d’impact verticale mais qui peut s’étendre sur toute la longueur pour (je cite parce que bon c’est un peu gros) « fournir un effet de ressort pendant la propulsion ». Bon là ça fait un peu fourre-tout !

Conclusion

Hoka Clifton Edge
Hoka One One Clifton Edge (image by Believe In The Run)

Si on revient dans le plus raisonnable Hoka One One ne se limite pas à la TenNine pour intégrer cette « technologie de talon », la Clifton Edge vient d’être dévoilé avec aussi une semelle surdimensionnée et vu les images un autre modèle sous amphétamine pourrait être dans les cartons ainsi que des variantes encore plus folles !  
Le poids de la Clifton Edge est 252g, l’EVA moulée par compression permet de réduire le poids significativement !. Vera-t-on un jour des versions avec plaques en carbone ? des versions courses au pied Jim Walmsley et Ludo Pommeret ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *