S17-18: Du 10km à la Wings For life !

S17-18: Du 10km à la Wings For life ! 1
Au programme : tout seul on va plus vite, à plusieurs on va plus loin

L’enchainement avril/mai est riche en courses, j’ai donc essayé de limiter les entrainements et de maximiser la récup’ ! En 2 semaines seulement 3 sorties : 2 en endurance plutôt active avec quelques accélérations et une de fractionnés en côtes courtes. Vu que les 2 semaines qui arrivent vont être fait pour faire de la SL et du D+ ça me semble amplement suffisant.

Les 10km de Sénart – 10km – 91/77

Avant de partir vadrouiller à travers la France, direction Tigery pour le traditionnel 10km de Sénart : 3ième participation (+1 marathon), je connais maintenant le parcours sur le bout des doigts de pieds !

Paramètre important cette année : la météo, il flotte et il vente un poil !

J’ai décidé de tester un peu les jambes cette année , je n’ai pas fait de 10km en lâchant les jambes depuis février 2014 et les foulées de Vincennes où j’avais fait un bon petit 40’58 malgré les bouchons du départ. Vu l’entrainement du moment, plutôt orienté « long » et un peu « trail » , je m’espère pas grand-chose : 41’ / 42’.

Elsa a ramené quelques collègues pour gonfler la ligne de départ ( et le « bbq » post-course)

La course commence sous quelques gouttes de pluie : comme d’hab ça bouchonne un peu, voir un peu plus avec toutes les personnes qui veulent absolument éviter les quelques flaques d’eau. Je passe en mode « bourrin du trail » dans les petites mares, en arrosant bien les gens 😀 (surtout Elsa) avant d’attaquer la remontée sur le bas côté de la route !

KM1 : 4’17

Tout se passe bien jusqu’au 1,7KM (faut être précis), alors que je me trouve un lièvre, je sens le lacet se desserrer petit à petit : GRRR. C’est surement le résultat d’avoir fait trempette dans l’eau. Je stoppe rapidement, refait ça vite fait et on repart. Mon lièvre est loin devant, tant pis c’est une dizaine de secondes de perdu.

KM2 : 4’14

On attaque le premier pont : ça passe facile avec l’entrainement du moment ! On rentre dans Lieusaint , le gros passage dans le vent est fini on va pouvoir rouler !

KM3 : 4’04 

Là je me dis « J’en ai déjà marre de courir à cette vitesse » : faut tirer sur les jambes, c’est chiant, je préfère mes allures pépére.. Mais comme dirait PAP : le démon du bitume revient vite

KM4 : 4’01

Même si j’en ai marre j’y vais, je me donne des minis objectifs genre au 5ième je me colle dans un groupe et je bouge plus, et puis pas de groupe au 5ième.. On arrive sur le passage des dalles, ça glisse un poil et le vent semble être de retour !

KM5 : 4’08  

« Ah enfin un groupe, mouais enfin ils n’avancent pas trop, je trouve, on repart ! »

KM6 : 4’06

les jambes roulent encore ! On saute le ravito : ça va passer comme ça !

KM7 : 4’07

Dernière montée de pont et on rentre dans Combs la ville ! On relance un peu pour faire bonne figure

KM8 et 9 sont avalés en 4’03 !

Ca y est la dernière descente, les jambes déroulent bien, on arrive sur le stade sous les acclamations du public. Le chrono affiche 40’59… 41’ : je me fais sprinter par une universitaire (gentleman, je la laisse passer)

KM10 : 3’34

Le temps officiel affiche 41’23″, le temps réel 40’53″ ! Bien content de ce chrono en refaisant un lacet et une prépa pas spécifique ! 5″ de mieux qu’à Vincennes où j’avais un peu préparé la course !

Côté organisation : niveau course c’est toujours au top Sénart : des ravitos à souhaits même si je ne m’en suis pas servi, et une belle bouteille de jus de pomme à l’arrivée. Par contre les « a côté » ont laissé un peu à désirer : seulement 2 personnes pour enlever les puces justes après la ligne et une sortie de parking un peu folklorique (et longue) : le passage de plus de 1000 bagnoles au même endroit, un jour de pluie ça rend le terrain un peu glissant !

Bref une belle course sous la pluie !

Wings for life – Jusqu’à temps que la voiture nous dépasse – Rouen (76)

 

Après 49h de repos, principalement consacré à boire de la bière et manger des pâtes, me revoilà sur la ligne de départ d’une course !

Où est Charlie ?
Où est Charlie ?

C’est Rouen cette fois-ci et avec une sacrée bande de loubard : Running Sucks, Marylinth, PAP, Daddy et Fafane (et ma princesse Elsa aussi 😀 ) ainsi qu’un porteur de luxe : el Bucheron !

A l’unanimité après un long débat, nous avons décidé la veille après quelques (trop ?) de bières de partir pour 23km soit 2h d’effort avant de se faire manger par la Catcher Car !

Le départ est donné à une heure assez inhabituelle : 13h, du coup il fallait adapté l’alimentation : on ressort le classique Pâtes au sucre que je vous ferais bientôt découvrir.

Après 30’ de (non) échauffement offert par l’organisation, le départ est donné avec la douce voix de Franky, nous attaquons notre échauffement : 2 km dans le traffic sur les quais ! C’est maintenant une habitude : je m’arrête refaire mon lacet 😀

On arrive rapidement à trouver notre petit rythme aux alentours de 5’13/km.

SAM_0998
Très belle vue sur la cathédrale

A son habitude, Elsa aka le chameau saute le premier ravito et prends quelques mètres d’avance au petit groupe !  On vagabonde tranquillement dans Rouen : Manue exhibe ses mollets d’acier, David claque la bise à ces supporters (-trices), François se remémore la défaite de Clermont et Stéphane hésite à rejoindre rapidement la trottineuse qui a filé pendant que je prends des photos.

Vers le 10ième ça commence sérieusement à s’étirer, Elsa et Fafane sont loin devant, je navigue avec Daddy, quelques mètres devant Manue et PaP. Cela va durer 5km dans ce magnifique panorama rouennais : entre grue, péniche et bâtiments portuaires !

Au ravito du 13, alors que je lève un peu le pied pour attendre la troupe, le Bucheron revient sur moi pour nous annonce que Manue peine un peu. On se regarde avec David et on se dit que c’est le moment de retrouver les 2 fuyards !

Il nous faudra plus de 2.7km dans une ligne droite contre le vent à 4’35/km pour enfin les apercevoir ! Elsa n’a pas levé le pied et Stéphane semblait se demander quand elle allait craquer !
Il ne faudra pas longtemps, alors que le ravito commence à se faire désirer, la trottineuse lève le pied une première fois pour attaquer mon bidon puis une seconde fois au ravito officielle KM19.40 après 1h40 de course. On passe le semi en 1h49.

SAM_1017
La catcher car

Elsa commence à être dans le dur et me laisse partir un peu avant le 22ième kilo.

On remet une seconde fois les jambes en marche, on saute le dernier ravito, la voiture est proche, on engloutit la petite côte. Le bûcheron revient sur moi pour me booster un peu et me donner un petit status de l’état des troupes : tout le monde a vu le semi !

L’hélico joue avec les blés et la voiture pointe le bout de son nez ! Dernier virage, dernière relance et voilà c’est fini : 2h07 24.85km ! Job done

Un après course en demi-teinte

SAM_1025Je suis les flèches « navette » pour arriver sur l’entrée de l’embarcadère avec une petite centaine de coureurs… pas de ravito et pas de navette non plus.

Tout le monde s’étire un peu et se demande quand on va venir nous chercher ! Ca profite du soleil qui a fait son apparition ! Et on a eu le temps d’en profiter : 1h15 avant de voir arriver la navette ! Je n’ose pas imaginer ce qui se serait passé sous la flotte.

Dans le bus, il n’y a toujours pas de ravito : 10 canettes de red bull pour 50 et 2 bouteilles d’eau.. C’est un peu light. Arrivé au village départ, je pensais pouvoir enfin me restaurer : quedalle ! Heureusement que Céline et Sylvain était là avec des Tucs !

Je vous invite à lire les merveilleux CR de mes petits copains :

Le CR de Runnings Sucks

Le CR de PAP

le CR de Marylinth

Merci pour ce week-end !

Résumé des 2 dernières semaines

Type

Distance

Temps

Dénivelé

Running60km5hD+ 330m

4 comments

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.