[Brevet] Une chaussette imperméable chez Gore

Au programme : une nouvelle membrane pour chaussure chez Gore !

Cet article ne présage pas des futures sorties de la marque, il n’est issu que de mon analyse d’un brevet déposé par la marque et reflète potentiellement les activités des concepteurs.

Les informations présentées dans cet article proviennent de la demande de brevet US20170042280 déposée par Gore.

2 mois pour écrire ce petit article et le brevet s’est déjà transformé en produit donc si vous voulez voir le résultat concret, rendez-vous directement en bas !

Fabriquer une chaussure imperméable est souvent un case-tête. Même si le matériau l’est, sur une construction classique de chaussure, il faut venir le coudre, le souder,  le coller.. et ce genre de liaison est souvent le point faible niveau imperméabilité. Des techniques existent, mais ce sont des opérations complexes. De plus, cet assemblage offre généralement peu de flexibilité et un « fit » autour du pied assez pauvre.

La solution que propose Gore est de créer une chaussette continue, sans couture. Autour d’un last (préforme) encollé 2 ou 3 épaisseurs de textiles  et film extensible (ePTFe par exemple avec différentes propriétés : hydrophobique, résistance à l’abrasion..) sont positionnées puis chauffée à  130-150°C pour former l’insert.

La recette

Dans un des exemples donnés, un adhésif en polyuréthane (UT8 de chez Protechnic par exemple) est appliqué sur une chaussette en polyamide puis chauffé. Un film de polyuréthane respirant (EU28 de Smith & Nephew extruded film) et très extensible est étiré sur cette chaussure positionnée sur un last jusqu’au niveau de la cheville  et maintenue grâce à un anneau en élastomère. Une seconde chaussette identique à la première est appliquée sur l’ensemble.  Ce composite de 3 couches ainsi que le last sont ensuite placé au four thermostat 5 (140°C) pendant 30′ et c’est prêt ! Enfin presque, l’ensemble est placé sous vide pour s’assurer un bon contact entre les 3 couches pendant 30 minutes. Le tout est ensuite soigneusement retiré du last pour un test d’imperméabilité. Gore réalise ces tests en centrifugeuse en remplissant l’élément d’eau ( 400cm3) et en cherchant les fuites par centrifugation pendant 30 minutes.

La centrifugeuse !

Cette chaussette à l’avantage de s’intégrer facilement dans la conception d’une chaussure tissée, tricotée sans étape de couture de différentes pièces.

Au-delà de la création d’un insert imperméable, cette membrane a aussi la propriété d’être extensible ! Le brevet indique plusieurs valeurs ce qui est sur c’est que l’élongation à rupture est supérieur à 200% (norme ASTM D638), on se retrouve donc avec une chaussette au plus proche du pied, qui s’adapte à la forme du pied de chacun. L’avantage est d’avoir un insert élastique là où généralement une chaussure équipée de Gore-Tex ressemble plutôt à un tank bien rigide. C’est un vrai progrès sur cette technologie.

Cet insert a aussi la possibilité d’être réparable en utilisant un patch, ou en suturant l’ouverture.

Et en vrai !

Cela ressemble à ça : un insert super fin, léger et imperméable appelé Gore-Tex 3D fit footwear. Cette membrane suit le contour du pied comme une seconde peau ! Non malgré ce nom « footwear » Gore ne se lance pas encore dans la chaussure.

Une chaussette qui épouse la forme du pied, une seconde peau , une simplification du procédé d’assemblage.. cela fait penser à une chaussure française lancée récemment et je vous le donne en mille, ils font partie des premiers à avoir intégré cette nouvelle chaussette.

Les premières chaussures embarquant cette technologie seront une Salomon ME:sh (en édition limitée, début 2019), une Adidas Terrex Goretex, et la nouvelle HOVR Phantom d’Under Armour. La technologie a été présentée à Friedrichshafen ce lundi.

Rendez-vous en 2019 !

Merci Trail Running Review pour les photos du Outdoor 2018

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *