[Podcast du mois] The Real Science of Sport – The tech episode

Au programme : Je vous propose une nouvelle section consacrée au Podcast que j’ai trouvé intéressant. 

Depuis quelques mois, je profite de mon retour du boulot pour écouter des podcasts sur différents sujets : sport, chaussure, technologie..et certains sont très intéressants, amènent des questions, remettent en cause que je pensais. Je souhaite donc vous en faire part et peut-être en discuter avec vous.

On commence par The real science of sport (en anglais) où Mike Finch et le professeur Ross Tucker discutent de l’impact des technologies sur le sport : de la gymnastique à la récente controverse de la VaporFly de Nike, les 1h21 de discussion vous permettront de balayer l’apport de différentes technologies pour le meilleur et le pire. 

L’épisode est disponible sur plusieurs plateformes :

Ce qu’il faut retenir

On distingue 2 choses :

  • l’apport technologique à l’entrainement qui nous rend meilleur ou simplifie certaines choses (le suivi d’entrainement par exemple avec Strava). La technologie est vue comme un outil pour comprendre. 
  • l’apport technologique durant la compétition qui peut créer des inégalités si elle n’est pas accessible à tous (le vélo de Obree ou Boardman dans les année 1990 par exemple). La technologie est vue comme discriminante, ou « dopante ».

Je n’aime pas spécialement ce terme « dopant » car on parle plutôt ici, d’après moi, de réduire au maximum les pertes ou d’optimiser le rendement sans modifier l’homme. C’est discriminant si tout le monde ne la possède pas mais cela permet aussi de juger aussi de ce qu’est capable la puissance humaine en réduisant les effets extérieurs (le vent par exemple). C’est un avantage oui ! mais c’est toujours l’homme qui fait le travail.

On peut se demander ce que représente un record, du coup.La performance d’un homme ou la réalisation d’une génération ? Je pense qu’il est impossible de comparer les générations, tout évolue : méthode, moyen.. et qu’il faut savoir revoir ces « normes » avec le temps, même si la comparaison Boardman / Merckx avec seulement 10m d’écart en 28 ans peut prouver le contraire !

De tout cela, on peut faire un constat : une technologie est acceptée si elle est plutôt progressive (et non disruptive) et elle est acceptable si elle est accessible à tous (plusieurs marques la proposent) pour l’équité. Et pourtant je pense que nous verrons de plus en plus de « saut » de technologies qui permettront d’augmenter le rendement de l’homme sans pour autant de modification physiologique, ce qui amènera autant de questions comme l’a déjà fait Nike et sa Vaporfly. 

Pour l’avenir, Ross met en avant 3 choses intéressantes:

  • La science moléculaire qui permettrait d’en connaitre plus sur nos blessures, notre état physique
  • La réalité augmentée avec de nouvelles perspectives d’entrainement et de simulations. Ce que l’on connait aujourd’hui avec un home-trainer par exemple pourrait surement être adapté à des sports collectifs. On peut aussi imaginer des courses à la fois réelle et virtuelle : pourquoi pas un Zwift d’une étape du Tour en même temps que les pros avec de la simulation du vent, de l’aspiration..
  • Le big data, l’intelligence artificielle et le machine learning :  une capacité de digérer un tas de data impressionnantes pour mieux comprendre son corps. On parle souvent de « Digital Twins » dans l’industrie, une réplique numérique qui permet d’anticiper d’éventuelle panne d’un système, je pense que l’on verra apparaitre des jumeaux numériques de l’homme pour prévenir les blessures par exemple. 

Débat

Je propose une petit section pour débattre ce point de vue

Pensez vous qu’il faille limiter l’apport de la technologie sur les performances ? Si oui comment le contrôler, le chiffrer à priori ? Faut-il réduire le budget de certaines marques (comme dans certains sports) ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *